Forums Casio - Vos tutoriels et astuces

Index du Forum > Vos tutoriels et astuces > Tutoriel d'utilisation du Malical
Hackcell
Hors ligne
Membre
Points: 837
Défis: 6
Message
Posté le 18/05/2018 13:11

Tutoriel d'utilisation du Malical :

Pour les commentaires, c'est par ici


Bienvenue sur le topic d'utilisation du Malical. Avant de commencer, laissez-moi répondre aux quelques questions qui vous trottent probablement dans la tête.

– Le Malical ? C'est quoi ?

Le Malical est un langage de programmation interprétée qui a été inventé il y a quelques années spécialement pour les calculatrices monochromes Casio Graph35+USB/75/85/95 (SD)

– Pourquoi voudrai-je apprendre à utiliser le Malical?

Le Malical a été conçu pour créer une alternative à mi-chemin entre le Basic Casio et le C, ainsi si vous souhaitez réalisez des projets plus rapides que le Basic mais que l'apprentissage du C vous fait peur, ce tutoriel sur le Malical est la marche intermédiaire parfaite pour passer de l'un à l'autre en douceur.

Ce dont vous aurez besoin :

– Une calculatrice Casio d'un des modèles suivants : Graph35+USB, Graph35+E, Graph75, Graph75+E, Graph85, Graph95 (SD)
Si vous possédez l'un des deux premiers modèles, il y a cependant une manipulation à effectuer au préalable.

– L'add-ins du Malical à transférer sur votre calculatrice, cependant, il y a deux versions du malical, si votre modèle est un SH3, c'est par ici, et si vous possédez un SH4, c'est en fichier joint.
Pour savoir si votre modèle est un Sh3 ou un SH4, S'il y a un +E, il s’agit d'une SH4, si c'est une 85 ou 95 (SD) il s’agit d'une SH3, pour le reste vous pouvez vous référencer ici (cependant, si vous l'avez acheté en grande surface après 2013, la probabilité que votre modèle soit un SH3 est quasi nul).

– Un editeur de texte. Je m'explique, le Malical fonctionne un peu comme votre menu PRGM, ainsi vos programmes seront tous des petits fichiers à part que vous sélectionnerez depuis le menu du Malical. Cependant, vous pourrez uniquement lancer vos programmes, pour les créer et les éditer, il vous faudra donc un editeur de texte, or il y a des editeurs de texte sur ordinateurs et sur calculatrice.

Sur calculatrice :
L'editeur de texte EDIT est l'un des plus pratique et stable sur calculatrice.

Sur ordinateur :
Un simple bloc-note suffit, puis il ne vous reste plus qu'à transférer vos fichiers sur votre calculatrice comme vous l'avez fait pour l'addins Malical (et EDIT).

Pour plus de détails, rendez-vous pour la première partie du tutoriel.

Si jamais vous avez une question ou une réaction, n’hésitez pas à en faire part ici.

Tutoriels disponible :

01 – Mon premier programme

Fichier joint




Hackcell
Hors ligne
Membre
Points: 837
Défis: 6
Message
Citer : Posté le 18/05/2018 18:05 | # | Fichier joint
01 - Mon premier programme

Dans cette première partie, nous allons apprendre à créer un programme pour le Malical, et ce peu importe votre éditeur.

Sur calculatrice:

Après avoir installé Malical et EDIT sur votre calculatrice, dans le menu principale, descendez jusqu'à l'icône d'EDIT, puis lancez l'application. Rendez-vous dans la mémoire de stockage en cliquant deux fois sur F5, créez un nouveau fichier en appuyant sur F2, puis entrez le nom pour votre nouveau fichier (celui-ci ne doit pas contenir d'espace et doit finir en .mcl), une fois fait, validez avec F1. Vous arrivez à l'intérieur de votre fichier qui est vide pour l'instant, tapez le texte suivant:
(le : est disponible dans l'onglet CHAR (F5) deuxième ligne, huitième colonne)

::main
::end

Puis appuyer deux fois sur F1 pour sauvegarder, vous pouvez à présent quitter le fichier avec EXIT ou MENU pour ensuite lancer votre programme depuis le menu du malical, et là... rien, car si en effet vous avez créé un programme, vous devez encore rentrer du code, ce que vous ferez un peu plus tard dans cette partie.

En attendant, en faisant F4 puis F1, vous pouvez accéder aux options, vous permettant de régler la taille d'écriture (font size), ou même de choisir si l'application commence dans la mémoire principale ou celle de stockage (def. root).
Et pour terminer, dans l'onglet CHAR, vous aurez peut-être remarqué que l'onglet BIND (F5), déplacé le curseur sur le caractère qui vous intéresse, appuyé sur F5, puis sur une autre touche, vous pourrez alors utilisé directement ce caractère lorsque vous taperez du texte en appuyant sur OPTN puis la touche utilisé, ou VARS et le sélectionner à l'aide des touches de F1 a F6, n'hésitez pas à utiliser cette touche pour les caractères spéciaux qui ne sont pas accessibles au clavier (e. i. ':' ).

Sur ordinateur:

Ici, vous avez l'avantage de pouvoir vous créer un dossier dédiè à vos programmes en Malical, une fois dans dossier, si vous êtes sous Linux, vous pouvez directement faire un clic droit pour créer un nouveau fichier qui doit finir par .mcl (seulement des lettres et des chiffres avant le point, pas plus que 8), sous Windows ou mac, il faut ruser, ouvrer d'abord un éditeur de texte (bloc-note, notepad, TextEdit...), puis dans l'onglet fichier (ou file), choisissez enregistrer sous (ou save as), allez dans votre dossier pour vos programmes Malical, puis entrez le nom de votre fichier qui devra finir par .mcl (pas d'espace, uniquement des lettres et des chiffres), puis dans la seconde case, choisissez le format *.* pour enregistrer votre fichier. Une fois votre fichier créé, ouvrez-le puis coller y se code:

::main
::end

Enfin transférer ce fichier sur votre calculatrice pour l'exécuter avec le malical (transfert sous Linux/Windows/Mac)
Et là...rien, car si vous avez effectivement créé un programme, il faut encore y rentrer du code.

Et maintenant?

À présent que vous savez créer un programme pour le Malical, il est temps d'apprendre à entrer du code, pour avoir un sentiment d'accomplissement, l'idéal serait de faire quelque chose de visible, non?
On va donc apprendre à afficher du texte à l'écran.

Pour cela, il faut dire ou vous souhaitez afficher votre texte avec locate[x][y] avec x et y les coordonnées à l'écran en considérant ce dernier comme un rectangle de 8 de hauteur et 21 de longueur en partant d'en haut à gauche (comme en basic).
Puis dire le texte que vous souhaitez afficher avec print [texte] avec texte le texte que vous souhaitez afficher entre guillemets.
Et enfin demander à ce que la calculatrice affiche ce qu'on lui a demandé en utilisant putdisp
Cependant, si vous vous arrêtez là, votre programme va s'ouvrir, afficher votre texte et se fermer immédiatement après, vous ne verrez donc probablement rien, pour corriger cela, on va demander au programme d'attendre un peu avec sleep [temps] avec temps le temps que le programme doit attendre en milliseconde.

Et comme un exemple vaut mieux qu'un long discours et que c'est un peu une tradition, voici le fameux hello world en Malical:

::main
locate[1][1]
print ["Hello world!"]
putdisp
sleep[5000]
::end

Il ne vous reste plus qu'à tester plein de coordonnée et de message différent pour vous habituer à la place disponible à l'écran.

Voici donc la fin de cette première partie, je vous dis à bientôt pour la suite, et d'ici là, portez-vous bien.


Ajouté le 25/10/2018 à 09:51 :
02- Mes variables

Après avoir appris à créer un programme, et à afficher du texte à l'écran, il est temps d'en apprendre un peu plus sur le Malical. Ainsi, comme indiqué dans le titre, nous allons nous intéresser aux variables.

Les variables, kesaco?

Si vous avez déjà programmé en Basic Casio, vous vous souvenez sans doute de pouvoir stocker des nombres dans les lettres de A à Z, c'est ce que l'on appelle des variables, c'est une manière de demander au programme de garder quelques choses en mémoire, on pourra alors lui redemander ce qu'il à retenu.

Cependant, contrairement au Basic, où les variables sont les lettres de A à Z, ici, c'est à vous de choisir comment vous désirez les appeler ! Pour ceci, rien de plus simple, il suffit de prévenir que vous créez une variable avec la fonction var, comme ceci :


::main
    var [variable]
::end


Pour les noms de vos variables, vous pouvez utiliser toutes les lettres de l'alphabet en minuscule ou en majuscule, les chiffres et _ (connu sous le nom de tiret du huit, ou plus officiellement sous le nom d'underscore). Cependant il y a quelques restrictions, le nom de votre variables ne doit pas commencer par un chiffre, et vous ne pouvez pas appeler vos variable var, print, locate, … tous les mots utilisés par le Malical donc.
Afin d'y voir plus clair, voici quelques exemples (en vert ça marche, en rouge ça casse) :
- ma_variable
- var2
- _variable
- VARIABLE_EN_MAJUSCULE
- 2var (ici on commence par un chiffre, ce qui est interdit)
- ma variable (ici, j'ai mis une espace, ce qui est interdit)
- locate (cette fois-ci, je veux utiliser un nom qui appartient au Malical, c'est également interdit)

Enfin, dernière information indigeste, la variable var est différente de la variable VAR (de manière pompeuse, on dit que le Malical est sensible à la casse).

Et maintenant ?

Maintenant que l'on à apris à créer des variables, on va les utiliser.
Pour utiliser une variable on vas donc demander à notre calculatrice de se souvenir de quelques choses pour nous, puis de nous le rappeler.

D'abord, pour demander a l'ordinateur de se souvenir de quelques choses grace a notre variables on vas utiliser le '=', comme ceci :


::main
    var [mon_nombre]
    mon_nombre = 42 //on "affecte" 42 à mon_nombre
::end


À présent, si je demande à la calculatrice ce que vaut mon_nombre, cette dernière me répondra 42. Pour demander cela, il suffira de taper le nom de notre variables dans le programme.

Par exemple pour l'afficher à l'écran :

::main
    var [mon_nombre]
    mon_nombre = 42 //on "affecte" 42 à mon_nombre
    locate[1][1]
    print[mon_nombre]
::end


C'est qui ce type ?

Il reste encore une dernière notion à aborder, les types. En effet, une variable n'est pas obligé de contenir un nombre, on peut également y stocker une chaîne de caractères, ou un tableau qui peut contenir des nombres, des chaînes de caractères, et même d'autres tableau (mais nous verrons l'usage des tableaux dans un futur cours) voici un exemple :


var [a] [b]
a=6 //a contient un nombre
b="Bonjour" //et b une chaîne de caractères


Utilisation des variables

Après toute cette théorie, passons sans plus tarder à la pratique. En soit, bien que le fait de stocker des variables soit utile, leurs vrai puissance se révèle une fois que l'on commence à faire des opérations dessus, en effet, une variable peut subir bon nombre d'opérations mathématiques, dont l'addition, la soustraction, la multiplication, et la division, et le modulo (reste par la division euclidienne).

Pour faire ça, on écrit juste l'opération que l'on veut effectuer.


vars [a][b][c]
a=4 //a vaut 4
b=6 //b vaut 6
c=a*b //c vaut a fois b
a=a/2 //on vient de diviser a par 2
b=b+a //on ajoute a à b
c=c-1 //on enlève 1 à c
c=c%b //et maintenant c  vaut le reste de la division entière de son ancienne valeur par b, soit ?


Après ce petit exo de math, voici un petit exo de programmation, vous devez créer un programme dans lequel vous créez deux variables a et b (vous leurs donnez les valeurs que vous voulez) puis vous affichez à l'écran le résultat de chacune des 5 opération entre a et b, bon courage, moi je vous dis à la prochaine ❤
----------------------------------
I usually spend meow time cosplaying as a diligent student...
So it can get pretty stressful.
That's exactly why PC is such a happy place for meow to be ⭐


Index du Forum > Vos tutoriels et astuces > Tutoriel d'utilisation du Malical

Planète Casio v42 © créé par Neuronix et Muelsaco 2004 - 2018 | Il y a 25 connectés | Nous contacter | Qui sommes-nous ? | Licences et remerciements

Planète Casio est un site communautaire indépendant, géré bénévolement et n'est donc pas affilié à Casio | Toute reproduction de Planète Casio, même partielle, est interdite
Les fichiers, programmes et autres publications présents sur Planète Casio restent la propriété de leurs auteurs respectifs et peuvent être soumis à des licences ou des copyrights.
CASIO est une marque déposée par CASIO Computer Co., Ltd