Seuls les membres ayant 30 points peuvent parler sur le chat.

Forum Casio - Discussions


Index du Forum » Discussions » Programme 2nde 2017-2019 fin programmati​on calculatrice
Critor En ligne Administrateur Points: 1840 Défis: 18 Message

Programme 2nde 2017-2019 fin programmati​on calculatrice

Posté le 28/01/2017 17:30

Contenu du post très grandement repris de TI-Planet, devant la gravité de l'actualité en ce qui nous concerne :
https://tiplanet.org/forum/viewtopic.php?f=61&t=19543#p212521

Il y avait déjà eu selon moi un mauvais signal l'année dernière niveau calculatrices, avec le sujet zéro du CAPES de Mathématiques 2017 option Informatique qui n'autorisait pas la calculatrice.
https://tiplanet.org/forum/viewtopic.php?t=18558&p=203641

A la rentrée 2016, on commençait vraiment à sentir qu'il y avait anguille sous roche, avec le site du jury du CAPES de Mathématiques annonçant soudainement qu'à compter de 2018 les candidats ne disposeraient plus des émulateurs de calculatrices pour leurs présentations orales.
Fini donc les logiciels TI-SmartView, Casio Manager et HP Virtual Calculator.
https://planet-casio.com/Fr/forums/topic14551-1-La,programmation,au,CAPES,evolue....html

Suite à la réforme du collège appliquée à tous les niveaux depuis la rentrée 2016, nouveau programme adapté de Mathématiques 2nde pour la période 2017-2019.
C'est un texte différentiel par rapport à celui de la rentrée 2009 : les modifications sont en gras, barrées lorsqu'il s'agit de suppression, et non-barrées lorsqu'il s'agit d'ajouts.
Voici la nouvelle introduction à la partie algorithmique :
4. Algorithmique et programmation (objectifs pour le lycée)
La démarche algorithmique est, depuis les origines, une composante essentielle de l’activité mathématique. Au cycle 4, en mathématiques et en technologie, les élèves ont appris à écrire, mettre au point et exécuter un programme simple.Au collège, les élèves ont rencontré des algorithmes (algorithmes opératoires, algorithme des différences, algorithme d’Euclide, algorithmes de construction en géométrie). Ce qui est proposé dans cle programme est une consolidation des acquis du cycle 4 autour de deux idées essentielles :
* la notion universelle de fonction d’une part, et
* la programmation comme production d’un texte dans un langage informatique d’autre part.
Dans le cadre de cette activité, les élèves sont entraînés :
* à décrire des algorithmes en langage naturel ou dans un langage de programmation ;
* à en réaliser quelques-uns à l’aide d’un programme simple écrit dans un langage de programmation textuel;
* à interpréter des algorithmes plus complexes.
Un langage de programmation simple d’usage est nécessaire pour l’écriture des programmes. Le choix du langage se fera parmi les langages interprétés, concis, largement répandus, et pouvant fonctionner dans une diversité d’environnements. est une formalisation en langage naturel propre à donner lieu à traduction sur une calculatrice ou à l’aide d’un logiciel. Il s’agit de familiariser les élèves avec les grands principes d’organisation d’un algorithme : gestion des entrées-sorties, affectation d’une valeur et mise en forme d’un calcul.
Dans le cadre de cette activité algorithmique, les élèves sont entraînés :
à décrire certains algorithmes en langage naturel ou dans un langage symbolique ;
à en réaliser quelques uns à l’aide d’un tableur ou d’un petit programme réalisé sur une calculatrice ou avec un logiciel adapté ;
à interpréter des algorithmes plus complexes.
Aucun langage, aucun logiciel n’est imposé.

L’algorithmique a une place naturelle dans tous les champs des mathématiques et les problèmes ainsi traitésposés doivent être en relation avec les autres parties du programme (fonctions, géométrie, statistiques et probabilité, logique) mais aussi avec les autres disciplines ou la vie courante.
À l’occasion de l’écriture d’algorithmes et de petits programmes, il convient de donner aux élèves de bonnes habitudes de rigueur et de les entraîner aux pratiques systématiques de vérification et de contrôle. En programmant, les élèves revisitent les notions de variables et de fonctions sous une forme différente. Il convient d'y être attentif.

http://cache.media.education.gouv.fr/file/CSP/46/7/Proposition_amenagement_programme_math_2nde-15-12-16_697467.pdf

Donc tu l'as vu ?
Les 2 mentions mentions de programmation sur calculatrice sont toutes deux reprises et barrées.

A compter de la rentrée 2017, il ne faut plus apprendre aux élèves de Seconde à programmer leur calculatrice - c'est interdit, c'est clairement barré.
Il faut les faire programmer dans un "langage de programmation textuel" dont le choix n'est plus librement laissé à l'enseignant, (la mention "Aucun langage, aucun logiciel n’est imposé." est elle aussi barrée) - le langage devra être "simple d’usage" et est à choisir parmi les "langages interprétés, concis, largement répandus, et pouvant fonctionner dans une diversité d’environnements" - très probablement le Python.

Dans le contexte actuel je ne comprends pas, c'est un véritable non-sens.
Nous n'aurons pas les tablettes tactiles en Seconde à la rentrée 2017, et ne les aurons pas avant la rentrée 2019 pour les seuls élèves issus des collèges publics, si tant est qu'elles marchent encore.

Sans tablette, il faudra se battre pour réserver les 1-2 salles informatique du lycée - cela m'étonnerait que les enseignants les plus motivés se tuant au travail aient besoin de plus d'une main pour compter leurs séances en salle informatique par classe dans l'année.
Trop peu pour permettre une véritable acquisition du langage par les élèves...
Et sans ces séances, l'algorithme risque de rester pour eux un objet mental assez barbant, autant qu'une règle de grammaire ou une figure de géométrie.

Nous avions la chance d'avoir sur le coin de la table un outil programmable, la calculatrice graphique, auquel l'enseignant et les élèves pouvaient donc faire appel à tout moment et de façon naturelle pour chercher un problème, et donner sens et vie à un algorithme.

Les séances en salle informatique désormais nécessiteront une planification particulière, et la résolution de problème par les élèves sera complètement biaisée. C'est parce qu'on les aura déplacés en salle informatique, qu'ils se sentiront obligés de chercher le problème avec un programme, et écarteront peut-être même bêtement toute solution plus pertinente.


Cette contrainte est de plus totalement contre-productive par rapport à l'examen du BAC, qui à ce jour se passe avec calculatrice graphique et non avec tablette (à moins qu'un tel changement ne soit dans les tuyaux et non encore annoncé - au rythme où vont les choses cela ne me surprendrait pas).
Les concepteurs actuels semblent considérer que l'algorithmique se réduit à un simple travail mental, et que les candidats (sujet zéro CAPES 2017, BAC 2020...) n'ont aucun besoin de vérifier la correction de leur algorithme (créé ou modifié selon ce que demande l'énoncé) avec l'éditeur+évaluateur de programmes de leur calculatrice.
C'est une approche que je trouve assez curieuse. Il est à mon sens autant légitime de vérifier la correction de son algorithme sur sa calculatrice programmable que d'y vérifier les résultats d'un calcul, surtout que l'algorithme peut être justement considéré comme une série de calculs.
Une étourderie / erreur mentale, ça peut arriver aussi bien dans un calcul que dans un algorithme.
Pourquoi cette obstination soudaine à bannir tout moyen de vérification ?

Avec les anciens modèles monochromes jusqu'à il y a quelques années, la plupart des élèves ne créaient/programmaient plus et ne jouaient même plus, considérant la calculatrice comme un objet du passé sans intérêt.
Mais quand je vois qu'un modèle couleur abordable comme la TI-83 Premium CE a su complètement révolutionner cet état d'esprit, avec des parts de marché que j'ignore mais qui me semblent honorables (comparables à la TI-82 Advanced) et maintenant des élèves qui s'intéressent, jouent, et pour une part non négligeable se mettent alors à programmer/créer, et que la future Casio Prizm fx-CG50+E couleur de la rentrée 2017 allait peut-être pouvoir renforcer cette tendance de façon similaire... Je ne peux qu'être attristé de voir que l'on se dépêche de jeter ce qui marchait du tonnerre.


Critor En ligne Administrateur Points: 1840 Défis: 18 Message

Citer : Posté le 05/05/2017 22:34 | #


Voilà, c'est hélas confirmé - on s'est visiblement dépêché de sortir ça ce jeudi au Bulletin Officiel pour que ça passe juste avant les élections :
http://www.education.gouv.fr/pid285/bulletin_officiel.html?cid_bo=115984

Nouveau programme de Seconde applicable dès la rentrée 2017.

J'ai fait un diff visuel pour mieux montrer les dégâts :
http://i.imgur.com/pgayywe.png

Nous ne ferons plus programmer les élèves sur calculatrices.

Mais pas vraiment une surprise après que les émulateurs de calculatrices aient été retirés des concours enseignants - on considérait déjà clairement que ça n'allait sous peu plus servir à rien en classe.

La calculatrice n'est même plus citée dans la partie en question, au profit de contraintes de choix du langage de programmation où chaque mot ou presque me semble avoir été soigneusement pesé pour l'exclure :
Le choix du langage se fera parmi les langages interprétés, concis, largement répandus, et pouvant fonctionner dans une diversité d’environnements.


Et il est exact que les langages offerts par les machines d'entrée et de milieu de gamme ne sont plus pertinents face à certaines compétences à développer :

- type d’une variable (entier, flottant ou chaîne de caractères)
On a bien des variables chaînes, mais pas de différenciation entre entier et flottant.

- programmer des fonctions
Et les machines n'ont pas un langage de programmation fonctionnel, c'est-à-dire prenant 1 ou plusieurs arguments pour retourner 1 résultat.

En allant vers le haut de gamme, TI-Nspire CX et HP Prime (mais pas Classpad sauf erreur de ma part), on trouve des langages qui commencent à être acceptables.
Mais comme les élèves majoritairement ne choisissent pas ces modèles, cela ne changera hélas rien aux conséquences.


Le pire étant que l'on casse quelque chose qui marchait super bien, possiblement pour rien.
Il n'y a qu'à voir le 1er exercice de Scratch totalement ridicule qui vient de tomber au DNB dans les établissements français en Inde suite à la réforme du collège :

En lui-même l'exercice est intéressant. Mais c'est un bête programme de calculs comme il y en tombait déjà depuis des années au DNB.
Donc si on est en train d'avoir les yeux plus gros que le ventre à tout casser/révolutionner pour au final interroger sur la même chose car les élèves ne feront pas mieux (et encore moins dans un contexte où on les prive de machine, rendant cet apprentissage la plupart du temps théorique/abstrait et donc aussi rébarbatif que celui de la grammaire ou du calcul)...

Bref, mode examen qui rend inutile le téléchargement de programmes, retrait des émulateurs des concours de recrutement, et maintenant abandon de la programmation sur calculatrices au lycée...
3 énormes coups portés contre la communauté des calculatrices.
Nous n'attendons plus que le coup de grâce maintenant...
Lephenixnoir En ligne Administrateur Points: 18145 Défis: 142 Message

Citer : Posté le 06/05/2017 10:02 | #


Et les éditeurs de calculatrices n'ont pas tenté de défendre quoi que ce soit ? Je veux dire, eux aussi ils perdent des parts de marché avec ça.

Dans tous les cas, on avait déjà bien que pour nous, le mode examen serait déjà un coup dur. Et puis il ne faut pas se voiler la face : qu'est-ce qu'on fait, aujourd'hui, sur Planète Casio ? Il y a des gens qui écrivent des projets en Basic, d'autres des jeux en C/C++, quelques-uns font du bas niveau, et une infime minorité se préoccupe d'écrire des programmes de cours. Alors certes sans l'attrait des lycéens, le renouvellement de la communauté va s'épuiser, mais l'ensemble des membres tel qu'il existe aujourd'hui continuera bien à vivre un ou deux ans même si l'éducation nationale coupe tout. En ce moment on évolue plutôt en circuit fermé, il faut le reconnaître.

Note : C'était vraiment un sujet de CAPES ça ? Ça tomberait aux concours des prépas, ça ne choquerait personne (un peu long peut-être mais c'est tout).
Critor En ligne Administrateur Points: 1840 Défis: 18 Message

Citer : Posté le 06/05/2017 11:57 | #


Lephenixnoir a écrit :
Note : C'était vraiment un sujet de CAPES ça ?

Non, sujet de DNB.
Lephenixnoir En ligne Administrateur Points: 18145 Défis: 142 Message

Citer : Posté le 06/05/2017 12:01 | #


Ah ça oui (j'espère bien). Je parlais de ce sujet sur les L-Systèmes (entres autres) :
https://tiplanet.org/forum/viewtopic.php?t=18558&p=203641

Je pensais que ce serait plus dur.
Critor En ligne Administrateur Points: 1840 Défis: 18 Message

Citer : Posté le 06/05/2017 12:04 | #


Ok, désolé de t'avoir mal compris.

Ajouté le 06/05/2017 à 12:11 :
Ben les éditeurs de calculatrices ont fait des efforts anticipant cela, mais uniquement sur le haut de gamme.

TI avec la TI-Nspire :
- langage de programmation Basic fonctionnel
- langage de programmation Lua depuis la version 3.0

HP avec la HP-Prime :
- langage de programmation fonctionnel HPPPL

Rien de la part de Casio, sauf erreur de ma part le langage de programmation de la Classpad ne saurait être qualifié de fonctionnel.


Sur la TI-Nspire, notre communauté a également fait des efforts allant dans le même sens, car nous sentions la chose venir :
- portage de MicroPython pour la programmation Python : https://tiplanet.org/forum/viewtopic.php?t=15140
- portage de DuckTape pour la programmation Javascript : https://codewalr.us/index.php?topic=238.0

Mais ces efforts ont été réduits à néant par le mode examen qui bloque ces interpréteurs.
Nous n'avons pas manqué d'en parler au constructeur... sans aucun succès visiblement.

Ajouté le 06/05/2017 à 17:29 :
Voilà, c'est annoncé :
https://tiplanet.org/forum/viewtopic.php?f=49&t=19934&p=216363#p216363

Avec nos adieux anticipés à la communauté des calculatrices que l'on a visiblement décidé d'assassiner.

En témoigne l'accumulation de textes faisant gravement reculer l'usage de la calculatrice graphique programmable, mode examen en 2015, et puis cette année écrit du CAPES 2017, oral du CAPES 2018 et enfin ce nouveau programme de Seconde...
Sans compter que l'on trouve sur linuxfr que l'éradication des calculatrices n'est apparemment pas la conséquence d'une évolution naturelle des programmes mais bel et bien le but ciblé, tous les textes étant donc artificiellement écrits en fonction de ça :
"Gambit" a écrit :
Il y a quelques semaines, j'ai participé à une réunion dans une instance de l'éduc nat. Le sujet était de réfléchir à la politique numérique au sein des collèges. Objectif Full tablette pour tous les enfants, terminé l'ordinateur en classe, fini la calculette.

http://linuxfr.org/nodes/111632/comments/1698271
Lephenixnoir En ligne Administrateur Points: 18145 Défis: 142 Message

Citer : Posté le 06/05/2017 17:36 | #


Pff, quelle déception. La tablette numérique ? Ce n'est pas pour critiquer pour le plaisir, mais je trouve que cet objet n'a pas beaucoup d'avenir. Mon lycée a équipé ses élèves d'iPads pendant 3 ans à l'époque où j'y étais (et continue sans doute encore aujourd'hui), et j'ai été plus que déçu par la non-fonctionnalité de l'interface (le clavier lagge, que voulez-vous faire ?), le manque de contrôle aberrant sur la machine (même pas accès au système de fichiers interne, je ne parle même pas d'un terminal) et les possibilités plus que pauvres de développement, en ce qui me concerne.


Absi Invité

Citer : Posté le 12/08/2017 11:51 | #


Bonjour,
Juste pour préciser que les programmes n'interdisent en rien l'usage de la calculatrice. Je participe actuellement à la rédaction d'un manuel de seconde, et elles seront intégrées elles aussi au chapitre d'algorithmique, même si une large part est laissée au Python.
Quant au sujet du DNB, il n'est VRAIMENT pas représentatif de ce qui est fait (ou sera fait...laissons le temps aux collègues) au cycle 4 en mathématiques et en technologie.
Critor En ligne Administrateur Points: 1840 Défis: 18 Message

Citer : Posté le 12/08/2017 12:58 | #


Le texte officiel n'interdit effectivement pas noir sur blanc l'usage de la calculatrice pour la programmation, il supprime 'juste' toute mention de cette dernière.
Mais je ne pense pas que vous puissiez nier que c'est la conséquence logique - tout est fait pour inciter à migrer, et c'est une interdiction de fait.

La définition retenue pour le langage à choisir, même si sujette à interprétation, me semble taillée pour exclure les langages spécifiques aux TI ou aux Casio :
Le choix du langage se fera parmi les langages interprétés, concis, largement répandus, et pouvant fonctionner dans une diversité d’environnements.


D'autre part, pour le nouveau texte, un programme est une fonction.
Cela implique diverses choses dont certaines sont précisées à la suite de l'introduction, et d'autres ont été vues en réunion de formation de bassin et seront possiblement mises partiellement ou totalement noir sur blanc par les prochains textes de Première et Terminale :
- le programme est appelable via une écriture fonctionnelle : programme(argument1, argument2, ..., argument n)
- le programme utilise des variables locales
- le programme peut choisir librement le type de chacune de ses variables locales (entier, décimal, chaîne...)
- le programme peut appeler des sous-programmes via une notation fonctionnelle (à rapprocher peut-être de la composition de fonction)
- le programme peut s'appeler lui-même - récursivité (à rapprocher peut-être des suites définies par récurrence)

Cette description ne colle absolument pas avec les langages des calculatrices d'entrée et milieu de gamme.
Il faut un langage de programmation fonctionnel (dans le sens orienté fonctions), ce qui n'existe que sur les modèles haut de gamme (TI-Nspire, Casio Classpad, HP Prime).

De plus, le document ressource sorti entre temps pour aller avec est comme par hasard à 100% orienté Python :
http://cache.media.eduscol.education.fr/file/Mathematiques/73/3/Algorithmique_et_programmation_787733.pdf

Les auteurs du Nathan Hyperbole Seconde 2017 font certes un choix similaire au vôtre :
- TI-z80
- Casio Graph
- Python
- Algobox

Mais ce n'est pas le cas de tout-le-monde. Les auteurs du nouveau Bordas Indice Seconde 2017 ont visiblement une lecture entre les lignes / à moyen terme similaire à la mienne.
La calculatrice disparaît complètement des pages concernant l'algorithmique pour faire place au trio :
- Python
- Scilab
- Xcas

Cordialement.

LienAjouter une imageAjouter une vidéoAjouter un lien vers un profilAjouter du codeCiterAjouter un spoiler(texte affichable/masquable par un clic)Ajouter une barre de progressionItaliqueGrasSoulignéAfficher du texte barréCentréJustifiéPlus petitPlus grandPlus de smileys !
Cliquez pour épingler Cliquez pour détacher Cliquez pour fermer
Alignement de l'image: Redimensionnement de l'image (en pixel):
Afficher la liste des membres
Pour coloriser votre code, cliquez ici.
Sinon cliquez sur le bouton ci-dessous.
:bow: :cool: :good: :love: ^^
:omg: :fusil: :aie: :argh: :mdr:
:boulet2: :thx: :champ: :whistle: :bounce:
valider
 :)  ;)  :D  :p
 :lol:  8)  :(  :@
 0_0  :oops:  :grr:  :E
 :O  :sry:  :mmm:  :waza:
 :'(  :here:  ^^  >:)

Σ π θ ± α β γ δ Δ σ λ
Veuillez donner la réponse en chiffre
Vous devez activer le Javascript dans votre navigateur pour pouvoir valider ce formulaire.

Si vous n'avez pas volontairement désactivé cette fonctionnalité de votre navigateur, il s'agit probablement d'un bug : contactez l'équipe de Planète Casio.

Planète Casio v42 © créé par Neuronix et Muelsaco 2004 - 2020 | Il y a 49 connectés | Nous contacter | Qui sommes-nous ? | Licences et remerciements

Planète Casio est un site communautaire non affilié à Casio. Toute reproduction de Planète Casio, même partielle, est interdite.
Les programmes et autres publications présentes sur Planète Casio restent la propriété de leurs auteurs et peuvent être soumis à des licences ou copyrights.
CASIO est une marque déposée par CASIO Computer Co., Ltd